Pourquoi la Barbastelle (Barbastella barbastellus) se plaît-elle en Bretagne ? …et autres questions étudiées grâce au référencement des enregistrements acoustiques passifs.

Rédigé par | mars 26, 2020 | | Pas de commentaires

Pourquoi donc, la Barbastelle se plaît-elle en Bretagne ? Eh bien, non pas parce qu’il ne pleut que sur les minioptères, mais plus probablement parce qu’il y fait beau plusieurs fois par nuit !
La standardisation et l’archivage des enregistrements passifs d’ultrasons de chauves-souris, engagés depuis 2013 par le GMB, permettent de disposer d’une collection de plusieurs millions de séquences attribuées à des espèces ou groupes d’espèces (selon les types acoustiques), correspondant à près de 2000 nuits entières échantillonnées. Les circonstances stationnelles, météorologiques ou saisonnières de ces enregistrements sont suffisamment variées et représentatives des conditions bretonnes pour que des analyses des déterminants de l’activité et des référentiels d’activité acoustique puissent être réalisés avec une certaine robustesse. Par exemple, nos travaux montrent que si la Barbastelle se plait effectivement en Bretagne, c’est parce que son activité n’est que très peu affectée par des conditions météorologiques médiocres mais, à l’inverse, largement favorisée par des habitats et paysages mixtes, comme le bocage breton, qui offrent une multitude de bois, haies, allées, lisières et autres ripisylves. Par ailleurs, des référentiels d’activité ont pu être construits pour la Pipistrelle commune, la Barbastelle ainsi que pour l’ensemble du cortège des chauves-souris divisé en groupes selon des types acoustiques. Ils permettent de mesurer, dans l’absolu et de manière relativement fiable, la qualité chiroptérologique d’un site et la capacité d’accueil du milieu en Bretagne, et devront désormais servir une meilleure prise en compte des chauves-souris par les gestionnaires d’espaces naturels, les services instructeurs ou les bureaux d’étude.

Accéder à l’intégralité de l’article

En lien avec cet article, le Groupe Mammalogique Breton mets à disposition de tous, son référentiel d’activité chiroptérologique breton (v2, 2020) : un utilitaire pour calculer des profils d’activité chiroptérologique à partir d’enregistrements passifs de chauve-souris : http://gmb.bzh/document/utilitaire_actichirobzh-v2/