Le chat et son impact sur la faune

Rédigé par | novembre 15, 2019 | Actualité | Pas de commentaires

Le Chat domestique a toujours été sujet à de vives discussions chez les naturalistes, y compris ceux du GMB. Détesté par certains et adoré par d’autres, il ne laisse personne insensible. Ce texte est une adaptation d’un article rédigé par Nadine Nicolas paru dans le MammiBreizh n°34.

Le Chat et l’Homme, une vieille histoire

Mammifère Carnivore de la famille des Félidés, le Chat est l’animal domestique le plus commun, avec plus de 500 millions de représentants. Les chats domestiques actuels descendent tous de la forme africaine et proche-orientale du Chat sauvage, Felis silvestris lybica.

Les débuts du rapprochement entre l’Homme et le Chat se seraient déroulés au Proche-Orient, dès 9 000 à 7 000 avant J.-C., avec la naissance de l’agriculture. C’est sa capacité à réguler les populations de rongeurs qui a fait son succès et lui a permis de s’étendre progressivement en Orient et dans l’ensemble de l’Europe. Sa coexistence avec l’homme ne fût cependant pas toujours paisible, notamment quand, en 1233, une bulle papale désigna les chats noirs comme des serviteurs du Diable. Associés aux cultes infernaux puis accusés de répandre la peste noire, nombre d’entre eux finirent au bûcher et il s’ensuivit plusieurs siècles de méfiance envers les chats. Ils durent leur salut à Louis XIII qui mit un terme à leur destruction systématique. Par la suite, les découvertes médicales sur l’origine et la transmission des maladies exonérèrent le Chat de toute responsabilité quant à la propagation des grandes maladies contagieuses.

Une population en expansion

Aujourd’hui le Chat domestique est l’animal de compagnie préféré des français avec plus de 13,5 millions de représentants officiels (c’est à dire inscrits dans une base de données nationale), auxquels il faut ajouter les chats non référencés et les chats harets (retournés à l’état sauvage). La population de chats domestiques a augmenté de 35 % entre 2006 et 2016. Or, le Chat domestique n’a rien perdu de ses instincts de chasseur…

Une étude à l’échelle nationale pour préciser les impacts


Le Muséum National d’Histoire Naturelle et la SFEPM ont entrepris en 2015 une étude sur la prédation opérée par les chats domestiques. Dans le cadre d’un forum participatif, 4000 personnes ont contribué à engranger des informations sur les pérégrinations de leur chat et leur comportement de prédation. Une analyse de ces données est en cours, mais, déjà, à partir d’un lot de 27 000 données, des informations se dégagent. Les petits mammifères sont les plus touchés (deux tiers des proies), principalement des rongeurs (mulots, campagnols, souris domestique), mais aussi des musaraignes, lapins et muscardins. Viennent ensuite les oiseaux (surtout les moineaux domestiques, merles et rouges-gorges), les reptiles (lézards et orvets).

Des suivis par géolocalisation ont permis de préciser le territoire couvert par le Chat et il est vaste : en ville il couvre environ 1 ha, en zone suburbaine 2,1 ha et en en zone rurale 3,5 ha ! C’est en zone suburbaine que les chats sont les plus dévastateurs, les oiseaux tués au nid représentent 34 % des proies contre 6 % ailleurs.

L’enquête du Muséum n’est pas close, elle continue, si vous souhaitez agir pour la préservation de la petite faune et réguler la chasse de votre petit félin, vous pouvez y participer en contactant le site   http://www.chat-biodiversite.fr.  

Préconisations aux propriétaires de chat

Le bilan provisoire de l’étude confirme que les chats ont un impact fort sur les espèces sauvages, dont certaines sont inscrites sur la liste rouge des espèces menacées de l’UICN.  Par conséquent nous ne pouvons qu’inciter d’une part à y réfléchir à deux fois avant d’adopter un chat et d’autre part à adopter des solutions qui limitent l’impact de votre chat sur la biodiversité. Par exemple :

  • La stérilisation limite le vagabondage, les marquages territoriaux et la reproduction en nature
  • Garder votre chat à l’intérieur la nuit, lors des épisodes froids et/ou au moment de l’envol des jeunes oiseaux
  • Un collier muni de deux clochettes ou d’une collerette colorée permet de mettre en alerte les proies
  • Un accès permanent à une nourriture suffisante (à l’intérieur) limite la prédation
  • La pose de barrières « stop minou » sur les troncs permet d’éviter qu’ils ne grimpent jusqu’aux mangeoires et nids dans les arbres
  • Offrir des occasions de jouer à votre chat limite des activités prédatrices

Dans notre pays ces mesures sont peu répandues, parfois mal acceptées, le comportement chasseur du Chat étant considéré comme naturel, voire un atout pour cette espèce indépendante. Sa liberté est souvent mise en avant : ne doit-elle pas s’arrêter à la survie des autres espèces ?

Pour en savoir plus :

Poster : comment limiter la prédation de votre chat sur la petite faune sauvage : https://www.lpo.fr/images/detresse/chat_poster_a3_a.pdf

https://www.lpo.fr/actualites/comment-limiter-la-predation-de-votre-chat-sur-la-petite-faune-sauvage-dp1

https://www.lpo.fr/images/detresse/causes/fm_predationchatdomestique_2019_web.pdf

Le courrier de la nature n° 315, mars-avril 2019

People Nature Nature 2019, Crowley & al, Hunting behaviour in domestic cats: An exploratory study risk and responsibility among cat owners